Focus sur un classique de la Bretagne : le caramel au beurre salé

La Bretagne, mère patrie du chouchen, des crêpes, et des chapeaux ronds, dans l’imaginaire collectif, est le berceau d’autres spécialités culinaires et culturelles. Entre autres, le caramel au beurre salé, typique de cette région de la France, madeleine de Proust de toutes nos enfances.

Histoire du caramel au beurre salé

Devenue confiserie renommée dans les années 70, avec la création du caramel au beurre salé et aux noisettes du grand confiseur Henri Lacroix, cette douceur est devenue emblématique d’une région connue pour ses gourmandises et son art de vivre : la Bretagne.

Seule région à être épargnée par la taxe sur le sel, la gabelle, à l’époque de l’ancien régime, la Bretagne peut se permettre de cuisiner avec du sel, denrée bon marché à cette époque dans cette région de la France, contrairement au reste du pays.
Nul ne peut dire exactement quand a été créé le caramel au beurre salé, mais il apparaît dans les livres de recette dès 1946 et devient une confiserie culte dans les années 70.

Le caramel au beurre salé : un goût unique

Le caramel au beurre salé a ce goût inimitable et addictif, qui explique son succès dans l’industrie agro-alimentaire. Nulle glace digne de ce nom, nul biscuit, n’échappe à cet arôme dans l’air du temps, suave et apprécié des touristes, qui sont légions dans cette région de notre pays.

Sans pareil, le caramel au beurre salé a ce goût authentique, recherché par tous, et naturel de l’artisanal. Le caramel au beurre salé se décline désormais en pâte à tartiner, bonbons, coulis. Il est devenu le chouchou de nos desserts et le goût de terroir qui manquait à nos fins de repas.

Sa popularité trouve sa légitimité de par sa fabrication, toujours aussi traditionnelle qu’à ses origines (on vous conseille d’ailleurs le Caramel au Beurre Salé Tempête de l’Ouest, l’un de nos préférés).
Le caramel au beurre salé c’est le goût de notre enfance, couplé à un savoir-faire ancestral, le tout au service de notre gourmandise.

Alors ? Vous en reprendrez bien une petite cuillère ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*