Les origines de la Saint-Sylvestre


Depuis l’antiquité, nous fêtons le 1er jour de l’année en janvier, l’empire romain le commémorait le jour des Calendes, correspondant au premier janvier.

Les trente-et-un premiers jours de l’année sont consacrés à Janus, le dieu aux deux visages « bifrons », associé parfois au Chaos primitif. « January en anglais, Januar en allemand ». Dieu des portes, du seuil, Janus préside à la fermeture et à l’ouverture de tout ce qui existe dans l’univers, jouant ainsi une mission dans la paix et la guerre, et garantissant avec les Heures la surveillance des portes du ciel. Ses deux visages lui permettent de veiller l’ensemble de la Galaxie sans devoir bouger la tête. Rome le considère comme l’être suprême protecteur de la Ville ; parfois, l’antiquité l’associe à Romulus divinisé après sa mort.

Les origines de la Saint-Sylvestre

Nos manières modernes du réveillon sont dans le droit fil de ce que faisaient les Romains, les asiatiques l’appellent le Têt mais il se fête vers le printemps
Nous sommes proches dans nos méthodes actuelles des pratiques de l’antiquité, en perdant une partie de la substance du totem. Nous désirons procurer ce jour là, l’espérance en l’avenir pour tous


Donc qu’elles sont les idées afin de réussir un réveillon du jour de l’an à Reims, bien sûr la gastronomie mais il faut compter aussi sur la convivialité, ne pas oublier la décoration de la table (le trop est l’ennemi du mieux). Quand vous avez réuni tous ces éléments, que la ripaille commence et promet à ce jour -que nous voulons béni- le bonheur et les souhaits tant attendus tout au long de l’année qui s’égrène.

Les origines de la Saint-Sylvestre #2

A notre époque, le repas du jour de l’an c’est une occasion qui mélange soit des potes, soit le cercle familial, ou encore au milieu d’inconnus dans des établissements de restauration, des salles aménagées pour ce jour festif, et pourquoi pas dans des endroits bizarres (en montgolfière, au sommet de l’Himalaya, dans un cadre exotique, etc…) pour d’autres plus miséreux, le réconfort d’être entouré, du plaisir de bien manger, de s’éclater, de n’être plus seul, un jour dans l’année.

Entonner à tue-tête à l’issue du compte à rebours « Bonne année !» et avoir la possibilité d’embrasser ses amis dans l’allégresse, et pour sûr, dans l’euphorie, la gaucherie n’est plus de mise et dans l’avenir se rappeler le plaisir ressenti.

Programmer fêtes et réceptions, c’est faire plaisir à son entourage au même titre que pour soi. Si on s’applique à préparer au plus près de la perfection les fêtes carillonnées traditionnelles comme la Saint-Sylvestre, il est également bien agréable d’en programmer de nouvelles : Noël, Anniversaires, Saint-Valentin, communions, baptêmes et autres cérémonies spécifiques.
En prélude à un menu d’exception, un verre de Champagne, de punch ou de jus de fruits, agrémenté d’amuse-bouche composés, donnera le branle-bas des agapes tant chez soi qu’au restaurant. Ne perdez pas de vue, dans vos emplettes que des produits de qualité. Et pour les amateurs de restos, trouver le bon qui vous recevra et fera faire la fête.

Et enfin, ne pas oublier de vous mettre sur votre trente-et-un, ce soir de fête appuyez sur votre toilette, soyez l’élégance même monsieur, faites un effort sortez le frac.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*