Classement malbouffe en France : Bordeaux, Paris et Lyon en tête


Quel est le point commun entre des villes comme Bordeaux, Lyon, Strasbourg ou encore Dijon ? On y mange bien, exactement ! De véritables symboles de la gastronomie Française. Un symbole pourtant quelque peu mis à mal par une étude récente menée par le site My-Pharma.info qui dévoile le peu flatteur classement des villes reines de la malbouffe dans l’Hexagone.

Certes, on aurait aimé voir dans cette étude un classement tenant compte de tous les types de fast-food, et pas uniquement des 10 plus grosses chaînes de restauration rapide présentes en France, mais les conclusions sont déjà bien éloquentes.

Mêmes nos villes les plus « gastronomes » sont aujourd’hui envahies par la malbouffe !

Classement malbouffe en France : Bordeaux, Paris et Lyon en tête


Bordeaux, Paris, Lyon : le trio gagnant de la malbouffe

Cela pourrait ressembler à un classement de Ligue 1, mais c’est en réalité le podium Français des villes avec la plus forte densité de points de point de restauration rapide établi par l’étude du site My-Pharma.info.

Ville la plus vaste et la plus peuplée, Paris est, avec 294 fast-food, logiquement en tête du classement au comptage total. Mais une fois le ratio pour 1000 habitants calculé, c’est Bordeaux qui se hisse au sommet, avec pas moins de 0,1451 restaurants pour 1000 habitants, devançant ainsi Paris (0,1312) et Lyon (0,12,29).

Un trio qui relègue « loin » (le 4eme Angers, plafonne à un ratio de 0,1074) la suite du classement où l’on retrouve notamment des villes comme Reims, Strasbourg, Angers, Nice ou Marseille.

Classement malbouffe en France : Bordeaux, Paris et Lyon en tête #2

On mange plus vite, on mange moins bien…

Ces chiffres qu’on aimerait pouvoir qualifier d’inattendus sont en réalité le résultat d’une logique implacable : plus on mange vite, moins on mange bien.

Et les résultats d’une étude menée par L’INSEE sur le temps de l’alimentation en France affirment que plus de 60 % des cadres, des indépendants et des professions intermédiaires reconnaissent parfois sauter la pause déjeuner pour gagner du temps.

Et si cette pause déjeuner si importante n’est pas complètement zappée pour pouvoir finir une présentation, un rendez-vous ou se rendre quelque part, ce sont en général les plats sur le pouce (sandwichs, wraps et autres box à emporter) qui remportent la mise, au détriment des plats cuisinés équilibrés dégustés attablé et au calme.

Ne nous mentons pas, un casse-croûte rapide à midi est en effet un moyen efficace d’économiser du temps (et parfois de l’argent). Mais en contrepartie,  les adeptes de ce type d’alimentation paient le prix fort au niveau santé !

Car la particularité de la plupart de ces plats rapides (et bien évidemment de ceux servis dans les fast-food) est qu’ils sont pauvres en sources nutritives (fibres, vitamines), mais par contre évidemment riches en gras, en sel, en sucre et autres produits chimiques. Un équilibre qui n’est pas à votre avantage…

Faut-il y voir la fin de la « bonne bouffe » en France ? Certainement pas, mais il faut en tout cas y déceler un véritable changement d’habitudes alimentaires auquel il serait intéressant de s’adapter pour éviter que toutes nos pause-déjeuner ne viennent dans le futur ressembler à une course contre la montre véritablement néfaste pour nous tous.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*